Participer à un 48 Hour Film Project

Un festival du film cela vous parle forcément : Cannes, Venise, Berlin….

Mais savez vous ce qu’est un 48 heures film festival ?

Contrairement à un festival traditionnel qui présente des courts ou longs métrages aboutis, un 48 heures film festival est une compétition, qui comme son nom l’indique impose aux concurrents de réaliser un court métrage complet en 48 heures. Si vous faites une bonne nuit de sommeil… il ne vous restera que 36 ou 24 heures pour écrire un scénario, tourner, monter et étalonner un court métrage de 6 à 7 minutes. Donc nuits blanches assurées.

Mais cela serait trop prévisible s’il n’y avait pas quelques contraintes fixées pour pousser les participants dans leurs retranchements. Le vendredi soir, à 19 heures un kick off (réunion où les règles sont énoncées et surtout où les contraintes sont tirées au sort) lance la compétition.

Chaque équipe se voit affecter une contrainte de genre (deux genres à choix sont proposés) : comédie musicale, western, polar, fable, romance…. Et des éléments imposés : une ligne de dialogue à insérer, un personnage ( pas forcément le principal mais il faut qu’il soit clairement identifiable par son nom et sa profession) et enfin un accessoire qui lui aussi doit être clairement reconnaissable.

Voilà les règles sont posées…et tous les délires sont permis.

Compétition dit classement et prix… Comment les films sont-ils jugés ? 

Les films sont jugés deux fois. Chaque film est récompensé localement puis les productions primées sont à nouveau évaluées par un jury international lors d’une projection réunissant les lauréats de chaque ville participante.

L’évaluation se fait sur trois critères : 45% pour la créativité et le scénario, 30% pour la technique et 25% pour la pertinence des éléments imposés. Aucun élément ne doit être négligé !!

Comment s’est déroulée notre participation au 48 h film festival de Genève ?

    • Une équipe de oufs…très professionnelle

Nous avons décidé d’associer les forces de Main & Co (Sophie et Guillaume) et de Capsule ID (Victor et Johann) pour participer au Challenge du 48h festival. Pour renforcer notre équipe nous avons sollicité des intervenants extérieurs prêts à venir nous porter main forte, Maeva à la prise d’image et au montage, Axel au cadrage, Etienne à la prise de son, Marco, Stéphane, Remy, Sabrina et Megane comme comédiens. Toute une équipe motivée par le projet et prête à se donner à 100 %.

  • Le nerf de la guerre : un scénario original et qui tienne la route

  • Rendez vous vendredi à 19h au Théâtre du Grütli pour le Kick off, les équipes patientent dans une salle dans l’attente de leurs contraintes. Pour nous ce sera : Film de voyage dans le temps ou de sport. Nous choisissons film de voyage dans le temps et pour éviter le cliché nous décidons de voyager dans le temps de la vidéo en restructurant notre court métrage : commencer par le milieu, finir par le début etc… Obligation de caser un œuf. Là encore nous évitons le classique œuf de poule et choisissons d’utiliser un œuf « Kinder » pour casser le stéréotype.Enfin nous devions caser la phrase «  dis moi ce que tu sais » et le personnage de «  Fabienne Rochat ».

    Munis de tous ces éléments nous nous sommes rendus au Mac Do pour un indispensable Brainstorming, élaborer un scénario qui fasse l’unanimité et répartir les taches. Les idées fusaient dans tous les sens, chacun ajoutant un détail, une anecdote, un plan à l’idée soumise par l’autre. Une véritable boîte à idées bourrées de plans, de dialogues, de scènes à emboîter les uns aux autres.

  • Après le hamburger… la mise en place:

  • Répartition des taches oblige, nous nous sommes très vite séparés. Capsule ID s’est mis en quête d’un bureau de tabac. Main et Co est allé récupérer le matériel prévu à l’avance et appeler les comédiens disponibles.

  • Une nuit et un jour de tournage:

    Heureusement que nous n’avions pas comme contrainte de tourner en plein soleil de midi… car dès 21 heures (notez l’efficacité…) toute l’équipe était réunie dans le bureau de tabac pour un tournage qui à duré toute la nuit. Maeva y a réalisé avec brio une ambiance bleue et rose grâce à 3 lampes led et quelques gélatines. Nous avons filmé avec une caméra Red, Etienne officiait au son. A 06h du mat une partie de l’équipe est partie filmer des plans dans une voiture et quelques uns sont partis se reposer. Une fois tout en boîte nous nous sommes accordés quelques petites heures de repos. A 10h tout le monde à l’agence sauf Maeva et Etienne qui en prévision d’une longue nuit à venir ont pris plus de repos.
  • Un 24h sans imprévu serait comme un polar sans suspens:

    Sophie à commencé à bosser sur le générique pendant que Guillaume commençait le montage. Très vite il est apparu que nous n’avions pas assez de plans pour tenir 4 minutes. Il nous manquait du dialogue… et une fois retourné le montage dans tous les sens la conclusion restait la même : sans dialogue supplémentaire on ne comprendrait pas la restructuration de notre film. Alors à minuit Guillaume a rappelé les deux comédiens (qui eux étaient sous la couette) pour retourner quelques scènes dans la voiture. Une demi-heure après ils étaient sur place et à une 1 heure nous avions enfin tous nos rushs.

    Etienne, Guillaume, Sophie et Maeva sont partis sur Gland dans un studio mis à notre disposition et ont passés la nuit et la matinée à étalonner l’image et le son. Quelques problèmes d’étalonnage plus tard, nous sommes parvenus à rendre le projet dans les temps. Challenge réussi grâce au talent, au professionnalisme de chacun mais aussi à la cohésion du groupe et à l’ambiance passionnée.

  • Et le résultat ?

    Nous sommes très heureux d’avoir remporté trois prix lors de cette édition à Genève (meilleur film, meilleur montage, meilleure image). Ces récompenses nous les devons  à notre team de professionnels passionnés qui voit aujourd’hui, le fruit de leur travail récompensé. Pour la suite rendez-vous en mars à Paris où nous représenterons Genève à l’international.

  • Nos conseils si l’expérience vous tente :

  • Prévoir à l’avance le matériel, les comédiens, des lieux de tournage, sollicitez votre réseau. N’oubliez pas le café !
  • Essayez de trouver à l’avance une piste créative, une idée de scénario. Même s’il faut l’adapter en fonction des contraintes cela fait gagner un temps fou… (et le temps c’est du sommeil en plus)
  • Prendre le temps de bien évaluer la durée de sa production audiovisuelle (4mn minimum)… c’est long et il faut les tenir.
  • Avoir un Script dans l’équipe, c’est-à-dire quelqu’un qui suit si tous les plans sont bons. Le fait d’être pressé et la fatigue aidant on risque d’oublier des choses.
  • Transformer les contraintes en force, en faire des pistes créatives.
  • Ce qui compte c’est l’idée… mais ne faites pas l’impasse sur la qualité et notamment sur un bon ingénieur du son (un bon son fait vraiment la différence)
  • Bien s’organiser et diviser le travail. Même si c’est sympa de tous rester pour se soutenir, dans la chaîne de production chacun intervient à des moments différents, donc il faut profiter de se reposer quand l’opportunité se présente.
  • Bien faire attention aux contraintes (export, carton, etc..) cela serait bête de ne pas être éligible pour un oubli.
  • Faites le plein de Red bull, ayez votre sac de couchage et vos boules Quies à portée de main.
  • Ne vous prenez pas la tête, amusez vous, prenez du plaisir ce sont des moments de partage et d’amitié inoubliables autour d’une passion commune.
  • Informez nous… on viendra vous soutenir (sauf si l’’on est en compèt contre vous … ha ha)
  •  

     

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.